Réseau

OBJECTIFS
CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNEMENT
PROGRAMME DE SURVEILLANCE
ANALYSE DES DONNEES

Un réseau de surveillance sanitaire des cervidés sauvages a été créé en septembre 2001 en Région Wallonne.  L’objet de cette initiative était de recenser les maladies présentes en cervidés, en ciblant particulièrement la paratuberculose.  Ce réseau a ensuite été élargi, outre les cervidés, aux suidés, léporidés et oiseaux sauvages. En janvier 2004, la Région Wallonne a inscrit ce projet dans la durée sous la forme d’une convention-cadre.

Sur un plan sociétal, le bien-fondé de réaliser des suivis sanitaires de la faune sauvage rencontre des préoccupations émergentes qui vont bien au-delà du contexte cynégétique.

C’est dans ce contexte que le Réseau de Surveillance Sanitaire de la Faune Sauvage a été créé.

Cette convention de recherche est financée par la Région Wallonne et mise en œuvre par la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de Liège.

OBJECTIFS

OBJECTIF GENERAL

L’objectif est d’améliorer la gestion de notre faune sauvage en proposant des solutions adaptées aux problèmes de santé rencontrés sur le terrain.  La procédure du tir sanitaire est l’exemple-type de mesure concrète mise en œuvre par le projet pour répondre à un problème de santé précis.

OBJECTIFS DETAILLES

Déterminer la prévalence de maladies choisies a priori en fonction de leur intérêt dans les contextes précités :

  • Cervidés : paratuberculose (PTB), tuberculose
  • Suidés : brucellose, Aujeszky, tuberculose
  • Léporidés : brucellose, tularémie, RHD et EBHS
  • Etablir une surveillance de l’état sanitaire de ces populations
  • Détecter l’apparition de maladies nouvelles ou exotiques
  • Evaluer les résultats du plan de lutte PTB instauré en 2003
  • Fournir des données pour des études ciblées

CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNEMENT

Le Réseau mis en place étend son champ de surveillance à la région Wallonne.  Le suivi sanitaire, qui était au départ ciblé (paratuberculose chez les cervidés), a été élargi et peut actuellement être considéré comme global.  Les maladies surveillées sont des maladies présentes mais le Réseau reste attentif à d’éventuelles maladies exotiques ou nouvelles via, notamment, l’autopsie des animaux trouvés morts.

Il s’agit d’un réseau autonome, non exhaustif, combinant surveillance active (animaux présumés sains abattus à la chasse) et passive (animaux trouvés morts).

diagramme-2

Schéma synthétisant les étapes successives mises en place par le Réseau de Surveillance Sanitaire de la Faune Sauvage (RSSFS) du Dpt des Maladies Infectieuses (DMI) de la Faculté de Médecine Vétérinaire (FMV).

– BWDS : Belgian Wildlife Disease Society
– SPF : Sevice Public Fédéral
– DGA : Direction Générale de l’Agriculture

PROGRAMME DE SURVEILLANCE

Sur le terrain, l’équipe de recherche doit combiner surveillance active, surveillance passive et suivi des tirs sanitaires.

SURVEILLANCE ACTIVE

Il s’agit d’études ciblées réalisées en période de chasse sur des animaux abattus et présumés en bonne santé. Les autopsies sont réalisées sur le terrain et différents échantillons (sérum, viscères, fèces ) sont prélevés.
Certains agents pathogènes bien précis sont recherchés.
L’équipe réalise les prélèvements sur des territoires pour lesquels le titulaire a donné son accord.

photos-ciergnon-5photos-ciergnon-6Une partie des analyses concerne des animaux prélevés en période de chasse

autopsiePrise de sang sur un cervidé

flaconsDe nombreux échantillons sont prélevés

SURVEILLANCE PASSIVE OU CONTINUE

La surveillance passive consiste à autopsier et à analyser des animaux trouvés morts afin de déterminer le plus exactement possible la cause de la mort.  Les animaux sont acheminés à la Faculté de médecine vétérinaire par les agents DNF ou les chasseurs.  Le réseau a également installé des congélateurs dans certaines régions.

Les examens nécropsiques sont réalisés dans la salle d’autopsie de la Faculté. Ensuite, les analyses complémentaires (bactériologiques, virologiques, parasitologiques et toxicologiques) sont effectuées dans les différents laboratoires ad hoc.

salleSalle d’autopsie de la Faculté de médecine vétérinaire (ULg)

peseeLes animaux autopsiés sont systématiquement pesés

loup-4740Réception d’un loup dans l’Unité de Soins Intensifs du Dépt des Sciences Cliniques

larvesPrésence de larves d’oestres au niveau d’un larynx de cerf

coeur-cerfAutopsie d’un cœur de cerf

ANALYSE DES DONNEES

Tous les prélèvements sont centralisés à la Faculté.  Traçabilité, conditionnement et conservation sont standardisés sous la responsabilité de l’équipe du réseau. Les différentes techniques de diagnostic (directes et indirectes) utilisées sont détaillées dans les rapports annuels transmis à la Région Wallonne.

labo-3Technique d’ensemencement des bactéries

coli-sangColonies bactériennes en culture

gal-api-2Identification des bactéries par analyse biochimique

pcr-2Identification des bactéries par analyse génétique

HAUT de la page