Réseau de Surveillance sanitaire de la Faune sauvage

Le programme de surveillance « WildTub »

La Belgique est officiellement indemne de tuberculose bovine (TB, Mycobacterium bovis) depuis 2003 (Commission Decision 2003/467/EC), même si quelques foyers sont détectés chaque année dans des élevages bovins. En 2013, l’incidence de la TB a augmenté en Belgique (9 foyers bovins détectés) et des cas récents de TB en faune sauvage ont été rapportés dans le Nord de la France, à proximité de notre frontière. La situation en France est inquiétante et plusieurs départements ont déclaré des cas de tuberculose bovine en faune sauvage (principalement chez des sangliers, cerfs et blaireaux).  Un programme de surveillance de grande envergure est d’ailleurs en cours chez nos voisins (SylvaTub). 

En Belgique, sur base d’une surveillance évènementielle réalisée jusqu’en 2013, aucun cas de tuberculose bovine n’a été détecté en faune sauvage mais il était urgent d’adapter le niveau de surveillance TB au niveau de risque actuel. C’est dans ce contexte que WildTub a démarré en octobre 2014 et plusieurs équipes (ULg, ULB, DEMNA et ANB) travaillent sur ce projet qui durera 2 ans.  WildTub est partiellement financé par le SPF Santé Publique et les 2 régions (Wallonie et Flandre) participent également.

 

Les objectifs de WildTub sont de (1) détecter la présence de TB au sein d’espèces sauvages sensibles présentes dans notre pays, (2) suivre l’évolution spatio-temporelle des foyers, le cas échéant, (3) caractériser les isolats de Mycobacterium bovis éventuellement retrouvés en faune sauvage et les comparer aux isolats d’origine bovine détectés en Belgique et aux isolats d’origine sauvage détectés dans le Nord de la France et (4) proposer aux autorités régionales et fédérales compétentes un plan de lutte dans l’éventualité d’une émergence de TB en faune sauvage en Belgique. Le programme WildTub est résumé ci-dessous.

 

1. Analyses sur suidés et cervidés (soit prélevés à la chasse soit trouvés morts)

Dès l’automne 2014,  l’équipe WildTub a réalisé des prélèvements ciblés sur cerfs et sangliers abattus à la chasse. Les échantillons ont été récoltés en Wallonie et en Flandre sous la responsabilité des réseaux de surveillance régionaux (SPW/ULg et ANB). Des animaux trouvés morts ou abattus pour raisons sanitaires ont également été autopsiés. Toutes les analyses de 2014 (mise en culture et PCR) sont terminées et, jusqu’à présent, aucun cas de tuberculose bovine n’a été détecté dans la faune sauvage en Belgique. Les prélèvements et analyses 2015 sont en cours.

 

2. Analyses sur blaireaux (trouvés morts)

Il est également stratégique d’analyser les blaireaux qui représentent des hôtes de maintenance pour Mycobacterium bovis. La surveillance « blaireaux » est réalisée grâce à la collaboration des agents du DNF. 
Jusqu’à présent (échantillons 2014 et début 2015), tous les blaireaux analysés étaient négatifs pour M. bovis.  Mais la présence de blaireaux infectés dans le Nord de la France, à quelques kilomètres de nos frontières, impose une vigilance accrue.  Concrètement en 2015, la surveillance « blaireaux » est maintenue et une vigilance accrue ciblera les communes frontalières ainsi que  les communes sur lesquelles des foyers de tuberculose ont été détectés dans les élevages bovins.

 


 

Attention, appel à la vigilance sur le terrain vis-à-vis des lésions de tuberculose sur le gibier sauvage !
> Voici la Circulaire AFSCA ainsi que des photos comparatives (annexe 1) et spécimen du formulaire (annexe 2). 
> Voici la fiche de renseignements pour les blaireaux trouvés morts