Réseau de Surveillance sanitaire de la Faune sauvage

Le virus Usutu détecté en Province de Liège

Le virus Usutu a été décrit fin des année cinquante dans le Sud de l’Afrique. Il se transmet essentiellement aux oiseaux, via les moustique. La première observations de ce virus en Europe remonte à 2001, en Autriche. Il est cependant possible que des mortalités de Merles noirs (Turdus merula) aient déjà été causées par cette infection en Toscane en 1996. Les Passereaux (principalement le Merle noir et les moineaux) ainsi que les chouettes (principalement la Chouette lapone – Strix nebulosa) sont particulièrement sensibles à ce virus. Le merle est effectivement un bon indicateur et est suivi activement dans plusieurs pays de l’Europe de l’Est. En Belgique, lors des séances de baguages pratiquées par l’Institut Royal des Sciences Naturelles (IRSNB), des analyses sont régulièrement réalisées pour détecter ce virus, non pathogène pour l’Homme.

 

Deux premiers cas d’infection ont été découverts en 2012 dans la vallée de la Meuse, entre Huy et Namur. Un Pic épeiche (Dendrocopos major) et un Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) captif ont été diagnostiqués porteurs du virus Usutu par les vétérinaires de l’Université de Liège (ULg). La progression vers le N-O de l’Europe à partir d’un foyer de l’Ouest de l’Allemagne est démontrée dans l’article de Garigliani et al., 2014. Ces deux espèces n’étaient pas encore connues comme « victimes » de ce virus.

 

Chez nous, le virus a été découvert récemment dans le Limbourg et les Fourons. De nombreux merles ont succombé au virus ainsi que quelques Chouettes lapones captives. Cependant, le problème pourrait être plus répandu.

Les symptômes sont divers :
 – problèmes de coordination
 – pertes d’équilibre
 – incapacité de voler
 – yeux mi-clos
 – anorexie
 – immobilité
 – plumage non entretenu
 – mort subite


?  Que faire si des merles (ou autres petits oiseaux) sont trouvés morts  ?

Les cadavres sont ramassés avec des gants et placés dans un sachet en plastique.
Les informations suivantes doivent également être fournies avec l’animal :
 – la date et le lieu précis de la découverte
 – les coordonnées de la personne de contact

Concernant l’acheminement, il existe deux possibilités :

  • les cadavres peuvent être directement transférés à la Faculté de Médecine vétérinaire de l’ULg (avenue de cureghem, 6, 4000 Liège (Sart-Tilman). Une fois sur place il faut joindre le service de Pathologie (04/366.40.75)
  • se rendre dans l’un des centres de collecte (congélateurs) du Réseau de Surveillance sanitaire de la faune sauvage le plus proche (liste des centres de collecte).

! En cas de mortalités collectives (plus de 10 cadavres au même endroit) => une navette sera organisée par le service de Pathologie de l’ULg !


Sources :
Communiqué de Natuurpunt
Communiqué du CERVA

Garigliany MM, Marlier D, Tenner-Racz K, Eiden M, Cassart D, Gandar F, Beer M, Schmidt-Chanasit J & Desmecht D. 2014.
Detection of Usutu virus in a Bullfinch (Pyrrhula pyrrhula) and a Great spotted woodpecker (Dendrocopos major) in north-west Europe.
The Veterinary Journal, 199 : 191-193.

 

Résultats :
Cartographie des 40 oiseaux analysés